LE VELO DANS L'AUDE😹

Publié le par "KOM BIKE"

Le chantier à la maison tire à sa fin même s'il y a encore du travail, nous sommes bloqués à cause du carreleur donc j'entrouve une porte pour reprendre l'entrainement. Rien n'est facile dès lors que tu as dû couper quelques mois, que tu prends de l'âge, et que tu n'as qu'une jambe le tout dans une région pas vraiment facile pour le vélo.

L'Aude a cette particularité d'être, un peu à l'image de la Côte d'Azur, ballotée entre la mer et la montagne, ce qui n'est pas pour nous déplaire, sauf quand tu habite au pied de la dite montagne. Sur Espéraza, ou que tu ailles, sauf à partir sur Limoux mais c'est une route un peu limite quand même, il faut commencer par un col. Tougnets 14km, Brenac 8km, La Serpent 4km (mais coincé directement avec un autre col), Col de Paradis 18km depuis Couiza, Bugarach 15km etc, etc et donc les moyennes en sont directement impactées. Quand tu arrives au pied d'un col avec 30 de moyenne, c'est pas la même chose que de commencer le col directement. Mais une fois que tu as intégré cette option, tu te rassure un peu quand même. De plus, il apparait que les routes n'ont pas du tout le même rendu que dans la Drôme certainement parce que la région autour de Quillan fait partie des parents pauvres du département et que l'état des routes n'est absolument pas le souci premier des politiques locaux. Ceci étant, sur Quillan, vu que le Tour de France doit y faire étape, je  peux vous dire que la route qui mène au centre du village est plus belle qu'une autoroute fraichement refaite!!

Bref, ceci étant dit, place à la sortie du jour, car comme je le disais plus haut, nous avons un peu plus de temps pour rouler, découvrir les petites routes escarpées du coin et elles sont nombreuses. Nous sommes donc partis ce lundi matin à 10H30 pour un périple qui nous mènera jusqu'aux Gorges de Galamus puis un retour via le Campérié, Axat et Quillan. Départ disais-je en direction de Rennes le Château, petite bourgade ou s'y trouve des thermes très agréables dès lors que ce foutu Covid nous aura lâché les baskets, puis tout droit en direction de Bugarach. La route commence à monter tranquillement depuis Couiza ce qui fait qu'à Bugarach nous n'avons fait que 20km et déjà le compteur affiche 280m de D+. Rien de difficile, mais toujours en prise. A Bugarach les choses sérieuses commencent avec la montée du col du Linas avec presque 5km pour 200M de D+ supplémentaire. On passe donc à 486M de D+ et on attaque la descente vers Cubière sur Cinoble (pensez à bien rouler les R) avec un passage via le col de Bancarel très facile à passer mais il vient couper la descente et c'est bien dommage (514MD+). Dans Cubière, on prend à droite pour rejoindre cette fois les gorges de Galamus. En terme de paysage, il y a "beau", "très beau", "superbe" et bien au dessus il y a Galamus. C'est à faire, à voir une fois dans sa vie, et pour l'avoir passé à la montée, comme à la descente (aujourd'hui) on en prend toujours plein les yeux. Il faut rester très vigilant dans les gorges car elles ne sont vraiment pas larges et pour peu qu'un automobiliste soit un tant soit peu inattentif, c'est le carton assuré et si vous basculez du côté du vide...ca ne va pas être terrible arrivé en bas. Le petit bar au départ de Galamus vient de réouvrir et il est le bienvenue (sauf que j'avais oublié mes sous) avant de prendre la direction de Saint Paul de Fenouillet (les vrais Audois prononcent le T...donc Fenouillete)

Et à partir de Saint Paul de Fenouillet, c'est direction Campérié via Caudiès de Fenouillede, Lapradelle ou ce trouve un point d'eau salvateur sur la gauche en entrant dans le village. C'est une route très rectiligne, en prise permanente, puisque pour le coup on reprend 300M de D+ en moins de 20km. C'est usant mais la route est belle. Il y a 2 options pour rentrer depuis Saint Paul de Fenouillet. Il est possible de passer par un petit village du nom de Prugannes pour 150M de plus, puis de passer par le Col Saint Louis mais là c'est une autre histoire car les passages sont sévères au milieu de la montée et il y fait très très chaud, le col étant exposé plein sud contre des rochers. Par contre il est très sympa puisque la route passe dessus/dessous et la vue est exceptionnelle. Mais revenons à notre route initiale. Nous nous étions arrêté à Lapradelle ou débute la montée de Campérié, pas difficile mais en fin de parcours montant c'est toujours longggggggg. 830M de D+

On en profite pour laisser le superbe château de Puilaurens sur notre gauche, château ou, si tu as oublié le pain et bien tu mange des biscottes!! (voir photo)

A partir de là, enfin de la descente pour un moment. Nous laissons la route d'Espagne sur la gauche, la route fort sympathique qui monte dans la vallée du Rébenty, puis nous tirons direct sur Saint Martin Lys, Belviane, Quillan donc par les gorges du trou du curé. Retour sur Espéraza via la route touristique et calme le long de la rivière Aude. La petite sortie du jour donnera donc 85km pour 923M de D+ et un peu plus de 24 de moyenne. Pas terrible mais pour une reprise on s'en contentera. Je vous laisse avec les photos de la sortie ainsi que quelques autres que je n'aurai pas pu faire seul et sur le vélo...

Bonne balade à tous.

Sur cet itinéraire, les paysages sont changeants en permanence.
Sur cet itinéraire, les paysages sont changeants en permanence.
Sur cet itinéraire, les paysages sont changeants en permanence.
Sur cet itinéraire, les paysages sont changeants en permanence.
Sur cet itinéraire, les paysages sont changeants en permanence.
Sur cet itinéraire, les paysages sont changeants en permanence.
Sur cet itinéraire, les paysages sont changeants en permanence.
Sur cet itinéraire, les paysages sont changeants en permanence.
Sur cet itinéraire, les paysages sont changeants en permanence.
Sur cet itinéraire, les paysages sont changeants en permanence.
Sur cet itinéraire, les paysages sont changeants en permanence.
Sur cet itinéraire, les paysages sont changeants en permanence.

Sur cet itinéraire, les paysages sont changeants en permanence.

N'oublie pas le pain surtout.  Cette forteresse royale est un remarquable exemple d'un système défensif très complet et bien conservé.
N'oublie pas le pain surtout.  Cette forteresse royale est un remarquable exemple d'un système défensif très complet et bien conservé.
N'oublie pas le pain surtout.  Cette forteresse royale est un remarquable exemple d'un système défensif très complet et bien conservé.

N'oublie pas le pain surtout. Cette forteresse royale est un remarquable exemple d'un système défensif très complet et bien conservé.

À quelques kilomètres au sud de Quillan s'ouvre  la haute vallée de l'Aude. Creusé par la rivière Aude, le défilé de Pierre-Lys, long de 4 km a été jusqu'en 1820 une infranchissable barrière naturelle.    À l’entrée même du défilé, un rocher énorme barrait le passage et de petits chemins de montagne permettaient de le contourner.   En 1820, l'abbé Félix Armand, curé de Saint-Martin-de-Lys avec les paroissiens creusent à la pioche un passage permettant de longer la rivière, un chemin très étroit,  quasiment suspendu au bord du vide.  En hommage au père Armand, le passage s'appelle encore aujourd'hui « le Trou du Curé ».

À quelques kilomètres au sud de Quillan s'ouvre la haute vallée de l'Aude. Creusé par la rivière Aude, le défilé de Pierre-Lys, long de 4 km a été jusqu'en 1820 une infranchissable barrière naturelle. À l’entrée même du défilé, un rocher énorme barrait le passage et de petits chemins de montagne permettaient de le contourner. En 1820, l'abbé Félix Armand, curé de Saint-Martin-de-Lys avec les paroissiens creusent à la pioche un passage permettant de longer la rivière, un chemin très étroit, quasiment suspendu au bord du vide. En hommage au père Armand, le passage s'appelle encore aujourd'hui « le Trou du Curé ».

Publié dans sorties en vélo

Pour ĂȘtre informĂ© des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article