DU NOUVEAU POUR LE VELO.

Publié le par "KOM BIKE"

Bonjour à toutes et à tous.

Je vous délaisse un peu en ce moment car nous sommes à bloc sur le projet de rénovation de la maison que Géraldine vient d'acquérir suite au décès de ses parents, maison qui va servir de location mais en même temps qui compte un grand garage de 90M2 qui va accueillir l'atelier mais chaque chose en son temps.

Ceci étant, la vie continue et malgré tout je test encore de nouveaux produits comme cette fois ci une selle carbone. Une selle carbone restera une selle carbone me direz vous, mais pour rouler avec ce type de produit depuis toujours, j'en ai vu des bonnes, des très bonnes et des franchement mauvaises, mais encore une fois, la selle est une pièce du vélo vraiment à part car propre à chacun. 

Je suis tombé sur une pub pour une selle "made in France", apparemment fabriquée par un passionné, alors je me suis dit bingo je test. (Pas encore pu l'essayer en fait) Mais pourquoi ne pas prendre contact avec le fabricant, pour une fois qu'il est Français et s'il veut bien me répondre je me suis dit que ca pouvait être sympa autant pour moi que pour vous. Alors j'ai tenté une approche direct et quelle ne fut pas ma joie de lire sa réponse et qu'il était d'accord pour se plier au jeu des "questions réponses". Je ne suis pas un journaliste alors je vais aller droit au but, comme on dit sur la Cannebière...


 

KOM BIKE: Bonjour Sylvain. Peux-tu nous parler de toi dans les grandes lignes si cela ne te dérange pas?

SYLVAIN CORRADINI: Bonjour Dominique. Pas de problème pour moi. Je suis donc Sylvain Corradini, j'ai 33 ans, originaire de Franche Comté, mais je vis actuellement en Ile de France. J'ai une femme et 3 enfants qui me prennent un peu de temps. (surtout les enfants)

KB: Quel est ton parcours pro dans les grandes lignes également?

SC: Je suis issu d'une formation d'ingénieur aux Arts et Métiers. J'ai passé 10 ans à développer des pièces en composite sur les moteurs d'avion. C'était passionnant car les pièces sont magnifiques. J'y ai fabriqué des aubes de presque 1M de haut et des carters de 3M de diamètre. Ce sont de gros projets alors il faut aussi imaginer la taille des équipes pour réaliser ces pièces. Plusieurs centaines de personnes qui travaillent ensemble afin de développer les pièces les plus critiques. Mais par-dessus tout ça, j'ai toujours gardé dans un coin de ma tête, l'idée de fabriquer des pièces de vélo...en composite bien sûr.

KB: Qu’est-ce qui t’a amené à faire du vélo et surtout quelle est ta pratique actuelle ?

SC: Sans conteste le Tour de France!! J'avais 10 ans. Y a pas à dire, quand vous regardez les premières étapes de montagnes en juillet, vous avez envie de monter sur votre vélo et de faire comme eux... Enfin tenter. Je me souviens d'ailleurs que ce sont les performances de Jan Ullrich qui m'ont poussées à faire du cyclisme en compétition. Alors j'ai écumé les courses cyclistes depuis la catégorie minime, jusqu'en junior. J'ai gagné une dizaine de courses, mais le BAC est venu chambouler un peu ma vie et les études ont pris le pas sur le sport. Le vélo est passé au second plan d'autant qu'en Ile de France, je roule moins, les routes Franc-Comtoises de mon enfance étant bien plus adaptées.

KB: OK. Parlons un peu du cœur du sujet à savoir les selles COCO design. Comment l'idée de faire une selle en carbone a-t-elle germé dans ton esprit alors que le marché est déjà bien occupé?

SC: J'ai toujours voulu fabriquer de belles pièces de cycle, d'abord dans mon petit atelier pour le plaisir. La selle est une pièce facile à fabriquer, dans le sens ou on peut se faire la main avec un moule et commencer à tester son produit.

L'idée initiale était de fabriquer MA selle. Mais quand vous êtes ingénieur dans l'aéro, vous utilisez inconsciemment toutes les techniques industrielles que vous connaissez. Je me suis mis à utiliser le procédé RTM, comme les aubes de moteur !! les gens me prenaient pour un fou. On peut dire que c'est une selle qui a été développée et inspirée des plus belles pièces aéronautiques qui soient.

Au bout d'un moment, vous vous dites que ce serait bien de partager ce travail, et de le faire profiter aux passionnés de beaux vélos.

 

KB: Qu’est-ce qui peut vous démarquer de la concurrence?

SC: Pour la petite histoire, une spline est une courbe, et c'est le nom de ce modèle. La Spline est donc une selle incurvée. C'est une géométrie qui a été mise de côté par les marques, au profit de selles plates. Je ne comprends pas ce phénomène !

Les clients qui testent la Spline sont satisfaits à 95%, c'est une selle confortable. Ensuite, bien sûr, elle est très légère : 68 gr pour 130 mm de large et 70gr pour une 140mm.

Quand vous achetez une Spline, vous êtes surpris 2 fois. 1- En ouvrant la boîte, vous adorez la finition de la coque, ce sont des pièces magnifiques. 2- vous êtes surpris après quelques sorties, elle est très confortable de part la souplesse et le calage.

KB: Penses-tu qu'il y a encore matière à évolution sur ce créneau qu’est la selle?

SC: Tout à fait ! J'envisage de sortir un nouveau modèle. Je travaille avec une école d'ingénieur pour faire de la simulation numérique. Avec les données, nous allons créer un nouveau modèle, on devrait gagner du poids. Vous allez être impressionné ! ... mais ce n'est pas pour tout de suite...

 

Et bien mon cher Sylvain, merci infiniment pour ce petit moment d'échange où nous avons appris à te connaître un peu mieux. Il me reste à tester la selle afin d'avoir un retour terrain maintenant, et comme à chaque fois, je serai impartial, franc et direct, mais ce qui est sûr c'est que déjà à l'œil elle donne envie d'aller rouler alors si le ramage se rapporte au plumage... A très vite.

https://coco-bikeparts.com/

 

Même le packaging est classe.Même le packaging est classe.
Même le packaging est classe.Même le packaging est classe.

Même le packaging est classe.

Publié dans matos...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article